Dis moi quelle est ton interface, je te dirai qui tu es : le désordre fécond des sites gouvernementaux algériens

Dans ce qui suit, il sera montré à partir de l’examen d’un corpus restreint mais représentatif des sites gouvernementaux algériens, comment les conventions de nommage, une fois ignorées, aboutissent à l’institution d’une grande anarchie  qui débouche à son tour sur visibilité atténuée. L’absence de règle est souvent source de bruit dans la recherche.

Le bruit que génère la recherche dans un moteur de recherche ou même dans un catalogue de bibliothèque rend l’exploitation des résultats quelquefois très difficile. Il est donc nécessaire pour affiner la recherche et dépolluer ses résultats de :

  • décrypter la structure des adresses urls pour identifier la nature des sites ;
  • repérer les informations importantes que donne une URL ;
  • se familiariser avec la syntaxe du web pour interroger correctement les bases de données.

La recherche pour être efficace doit donc être méthodique et commencer par l’utilisation de filtres tels que les mots-clés, les caractères spéciaux, les opérateurs booléens dont l’objectif est d’affiner les résultats d’une requête en limitant le nombre de réponses possibles aux plus pertinentes.

 Connaître la syntaxe des urls permet souvent de bien maîtriser la situation de recherche

L’adresse d’une page sur un site web, souvent désignée par le sigle URL (Uniform Resource Locator) indique :

  • la méthode d’accès (http, telnet, ftp),
  • le nom du serveur,
  • le nom du domaine et sous-domaine,
  • éventuellement le répertoire
  • et le nom du fichier correspondant au document.

Le protocole http permet de :

  • recevoir des informations des serveurs web (serveurs http)
  • et d’envoyer des informations vers les serveurs web,

Toutes les données ainsi échangées par le biais de ce protocole ne sont pas cryptées. Elles sont visibles par tout le monde comme sur le site http://univ-alger2.dz. Mais cela devient gênant quand un utilisateur accède à son espace personnel pour consulter son relevé de notes par exemples, et tout “pirate” peut se servir de cette fenêtre pour récupérer les données en sniffant[1] le réseau.

Pour pallier aux défauts de sécurité rencontrés par le protocole http, il a été crée une version sécurisée : le protocole https Hyper Text Transfer Procole Secure)[2]. Les banques et les organismes échangeant des données sensibles ont mis au point un filtre de sécurité supplémentaire, le cryptage en SSL (Secure Socket Layer).

Examinons quelques sites institutionnels algériens

A la lumière de ce qui vent d’être posé, examinons quelques sites gouvernementaux algériens pour révéler l’anarchie qui règne dans la gestion de la dénomination des sites. Les observations qui découlent de l’examen de notre corpus d’analyse  peuvent être généralisées à tous les sites institutionnels algériens.

Capture d’écran 2016-08-04 à 17.29.20

Autant de ministères que de façons de nommer.

 

Ministère de la culture
URL : http://www.m-culture.gov.dz
http protocole technique de communication propre au web sécurisé
www nom de machine serveur web
m-cultures nom de sous-domaine
gov    nom de sous-domaine (organisme gouvernemental algérien)
dz domaine – abréviation du nom du pays (Algérie)

 

Ministère de l’éducation nationale
http://www.education.gov.dz/
http protocole technique de communication propre au web sécurisé
www nom de machine serveur web
education nom de sous-domaine
gov    nom de sous-domaine (organisme gouvernemental algérien)
dz domaine – abréviation du nom du pays (Algérie)

 

Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique
https://www.mesrs.dz
https protocole technique de communication propre au web sécurisé
www nom de machine serveur web
education nom de sous-domaine
dz domaine – abréviation du nom du pays (Algérie)

 

Ministère de l’énergie
http://www.energy.gov.dz/
http protocole technique de communication propre au web sécurisé
www nom de machine serveur web
energy nom de sous-domaine
gov    nom de sous-domaine (organisme gouvernemental algérien)
dz domaine – abréviation du nom du pays (Algérie)

 

Ministère de l’intérieur
http://www.interieur.gov.dz
http protocole technique de communication propre au web sécurisé
www nom de machine serveur web
interieur nom de sous-domaine
gov    nom de sous-domaine (organisme gouvernemental algérien)
dz domaine – abréviation du nom du pays (Algérie)

 

Ministère de la formation professionnelle
http://www.mfep.gov.dz
https protocole technique de communication propre au web sécurisé
www nom de machine serveur web
mfep nom de sous-domaine
gov    nom de sous-domaine (organisme gouvernemental algérien)
dz domaine – abréviation du nom du pays (Algérie)

 

Ministère de la poste et des technologies de l’information et de la communication
https://www.mptic.dz
https protocole technique de communication propre au web sécurisé
www nom de machine serveur web
mptic nom de sous-domaine
dz domaine – abréviation du nom du pays (Algérie)

 

Université Alger 2
http://www.univ-alger2.dz
http protocole technique de communication propre au web sécurisé
www nom de machine serveur web
univ nom de sous-domaine
Alger 2    nom de sous-domaine (organisme gouvernemental algérien)
dz domaine – abréviation du nom du pays (Algérie)
Université de Tlemcen
https://www.univ-tlemcen.dz
https protocole technique de communication propre au web sécurisé
www nom de machine serveur web
univ nom de sous-domaine
tlemcen    nom de sous-domaine (organisme gouvernemental algérien)
dz domaine – abréviation du nom du pays (Algérie)

Remarques

A brûle pourpoint, il règne une sorte d’amateurisme dans le référencement des différents sites des différents ministères. L’hétérogénéité des structures phrastiques révèle l’absence d’une réflexion globale et une improvisation laissée au gré des informaticiens attachés aux différents ministères. Aucune charte de nommage n’é été conçue en amont pour faciliter l’identification des sites institutionnels et l’organisation de leur identité numérique. Sur l’échantillon examiné, nous retrouvons tous les défauts qu’il faut éviter dans la construction d’une identité numérique.

  1. Seuls le site de l’université de Tlemcen, celui de la poste et des technologies de l’information et de la communication et le celui du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique répondent au premier critère de sécurité en adoptant le protocole https.
  2. Tous les sites répertoriés ont adopté une dénomination francophone à l’exception du ministère de l’énergie qui a singulièrement adopté une dénomination anglophone “energy”
  3. Le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique https://www.mesrs.dz, le ministère de la poste et des technologies de l’information et de la communication https://www.mptic.dz et le ministère de la formation professionnelle : http://www.mfep.gov.dz ont adopté une siglaison pour désigner le nom du sous domaine.
  4. Le ministère de la culture http://www.m-culture.gov.dz, a, quand à lui, adopté pour signifier le sous domaine une notation mixte : l’initiale du ministère “m” suivie d’un tiret et de la désignation du ministère.
  5. Le ministères de l’éducation nationale http://www.education.gov.dz/ s’est contenté d’une métonymie pour signifier son sous domaine.
  6. Le ministère de l’éducation nationale http://www.education.gov.dz/, le ministère de l’intérieur http://www.interieur.dz, le ministère de la formation professionnelle http://www.mfep. gov.dz , le ministère de l’énergie http://www.energy. gov.dz et le ministère de la culture http://www.m-culture.gov.dz, intègrent le sous domaine spécifiant l’organisme gouvernemental que le site du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique https://www.mesrs.dz et celui du ministère de la poste et des technologies de l’information et de la communication https://www.mptic.dz laissent dans le proscrit.

La, le moins que l’on puisse dire, à l’issue de cet examen pourtant bien superficiel, est qu’il régne un grand désordre qu’il faut corriger par l’uniformatisation de l’identitié numérique des sites relevant du domaine public.   Une politique publique visant la promotion des technologies numériques doit commencer par l’élaboration d’un cahier des charges intégrant une charte à laquelle il faut se référer.

En résumé, la représentation synoptique suivante montre qu’il règne une grande hétérogénéité dans la dénomination des minisères. Aucune charte de nommage n’a été construite en amont.

 

Organisme httpS gov sigle S/ domaine subs -en S/domaine-subs- fr
Culture + – +
Éducation + +
MERS + + +
Energie + +
Intérieur + +
Formation professionnelle + + +
MPTIC + + +

[1] Logiciel qui permet d’intercepter des données transitant sur un réseau. Les pirates utilisent ce type d’outils afin de récupérer à l’insu des utilisateurs et des administrateurs réseaux des informations sensibles et confidentielles qui traversent les réseaux telles que les couples identifiants/mots de passe. Le sniffing est un processus de collecte d’information dit passif puisque le pirate n’entre pas en communication directe avec les machines dont il renifle et voit passer les données.

[2] Pour de plus amples informations sur la différence entre http et https, voir http://www.culture-informatique.net/cest-quoi-difference-http-https/


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. science dit :

    merci pour l’information

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search